Impossible. Amélia avait un poul, aucun corps ne jonchait le sol. Etait il possible qu'elle est tout simplement disparut. Amélia n'en revenait pas et il lui fallut plusieurs mois d'hérance avant de comprendre toute l'ampleur de ce qui lui était arrivé.

Son âme avait fusionné avec celle d'un yokai. Un yokai protecteur qui l'avait suivi tout au long de sa vie. Ce dernier c'était détacher d'elle lorsqu'elle avait couru au secours de Mila, pour la rejoindre quelques seconde plus tard et la sauvé d'une mort précoce. Malheureusement, depuis les humains ne possédant pas au minimum une certaine sensibilité au contact des yokai ne peuveait pas la voir. Néanmoins, avec cela elle avait développé un pouvoir : elle pouvait voir les souvenirs des gens, les supprimer entièrement ou partiellement, ou les raviver. Avec cela lui était bien sûr venu la capacité de voir les yokai.

Le problème étant que ceci sentant qu'elle possèdait un certain pouvoir et l'attaquait en pensant que si il la mangeait il pourraient se procurer le pouvoir.
Second problème les yokais ne sont pas affecter par ses coups comme les humains. Cette expérience lui a permis de d'améliorer son talent en sport. Notamment à la course mais aussi en art martiaux, elle eétaitt devenue très discrète et montait au arbre comme un vrai singe.
Encore aujourd'hui Amelia ne sait pas si il existe un moyen de la rendre à nouveau visible au yeux de tous, elle s'est donc rendu au Japon après avoir appris la langue en s'incrustant durant des cours. Le Japon étant le pays d'origine des yokai elle pensait y trouver des gens capable de la voir et peut-être de l'aider.
Cela ne fut pas facile, elle se rendit vite compte que des personnes même peu puissante pouvait la voir, et cela en venait toujours à leur causer du tord, alors elle effaçait leur mémoire.
Amélia était de plus, facilement repérable à cause d'une chevelure blanche hériter du yokai, ce qui l'obligeait à partir à chaque fois qu'elle effaçait la mémoire de quelqu'un.

Cela fesait deux ans qu'Amelia était parti à la recherche de quelqu'un pour l'aider et elle commençait sérieusement à perdre espoir. Le hasard la conduisit à squatter dans une école ou elle suivait les cours d'une oreille. Malheureusement après quelques jours seulement un élève vint lui adresser la parole. Il s'appelait Tanuma Kanabe. 
Ce nom n'était pas totalement inconnu à Amélia, elle avait en effet déjà rencontré son père, Tanuma-sama était moine et possédait un certain pouvoir mais il n'était pas aussi sensible que son fils qui lui avait pu la voir.
La conversation fut la même que d'habitude pour Amélia : "je n'avais jamais vu de yokai comme toi avant" "je n'avais jamais vu un yokai aussi clairement avant" "qui est tu ?" Mais il lui arrivait aussi de recevoir des menaces de la part de ce qui craignait les yokais et leurs mauvais présages.
Tanuma-san ne semblais pas avoir peur et Amélia aurait voulu discuter avec lui encore un moment mais elle savait que la séparation n'en serai que plus dure et que plus le souvenir était court et plus il facile à supprimer et surtout plus l'oublie était permanent.
Amélia lui pris la main, se concentra sur son propre visage et au fur et à mesure que des images d'elle lui parvenait elle les supprimait. Cela ne pris pas longtemps et en quelques secondes Tanuma-san l'avait oublié. Elle se dépêcha de se cacher avant que Tanuma-san ne reprennent ses esprits. La voir pourrait raviver les souvenirs tout juste effacés. Elle devait maintenant attendre que Tanuma-san soit parti pour être sûr qu'il ne l'a verrai pas.
Le soir était en train de tomber quand elle pu enfin sortir. Comme elle avait bien mangé à midi Amélia se balada un moment en évitant soigneusement le temple des Tanuma avant d'aller se trouver quelque chose à manger se soir.


Elle tomba sur un gros chat, endormi sur un mur séparant un jardin de la rue. Elle s'assit à côté de lui et commença à le carresser, mais rapidement son maître le rappela à la maison et il s'enfuit. Alors elle se mit debout sur le mur et marcha tout en gardant l'équilibre. Elle ne prêtait plus attention à ce qui se passait autour d'elle, plongée dans ses pensées elle continuait d'avancer.
Mais soudain un chat lui bondit dessus. Elle fut aveuglée par un lumière dont elle ignorait la source et perdit l'équilibre.
Sa chute ne fut pas aussi douloureuse qu'elle l'aurai pensé quand soudain elle se rendit compte que quelqu'un avait amortie sa chute. Elle venait d'assommer un jeune garçon. Amélia était complètement affolé et ne savait plus quoi faire. Le chat était toujours la, il la regardais avec un regard sur et elle commença à se demander si ce chat en était vraiment un. Bref il fallait se concentrer sur le garçon en priorité, elle ne pouvait pas le laisser là il fallait le ramener chez lui. Amélia posa alors sa main sur le front du garçon ce qui fit tressaillir le chat puis elle lu dans ces souvenirs afin dit trouver le chemin qui amènerai jusqu'à chez lui. Elle le mit sur son dos et se mit en route.
Quelque minute plus tard il arrivait devant la maison mais le garçon n'avait toujours pas repris ses esprit. Elle le laissa dans la rue et parti en reconnaissance dans la maison. Le garçon étant toujours visible au yeux de ses parents quand elle devrait le faire rentrer, il fallait qu'elle les évite soigneusement pour éviter que cela semble suspect. Elle retourna dans la rue pour ramener le garçon et réussi à le hisser au premier étage dans sa chambre. Au moment de partir elle entendit quelque chose gratter à la fenêtre. Il s'agissait du chat de tout à l'heure elle essaya de le faire fuire, mais elle fut interrompu par un gémissement. Le garçon était entrain de se réveiller, alors elle quitta la chambre en vitesse et s'enfuit loin de la maison.

Depuis cet incident, Amélia avait du vivre dans la forêt. Mais elle avait fini par trouver ses marques et c'était fait un bon petit nid douillet. Quitte à être prise pour un yokai autant vivre comme eux. Un mois s'écoula alors qu'Amelia vivait tranquillement. Mais cela ne pouvait pas durée.


Un jour Amélia surpris un important rassemblement d'exorciste dans la forêt. Curieuse, elle se déguisat en yokai et se melangeat à la foule. 
Un géant était enfermé juste sous la forêt depuis une éternité. Mais le temps avait eu raison des enchantements qui le gardait et ceci commençait à se défaire. Le monstre devait donc être anéanti aujourd'hui car à chaque minute le danger grandissait inexorablement.
Prise de panique par la situation, Amélia s'enfuit. Elle retourna dans sa tanière pour y faire ses bagages avant de se faire la malle. Elle était déjà loin lorsqu'elle se mit à ressentir le sentiment inexorable de faire demi tour. D'aller se battre. D'aller aider quelqu'un. Mais qui? Le dilemme était terrible mais l'envie et le besoin d'accomplir quelque chose dans cette vie de fantômes l'emporta et elle fit demi tour. Dans sa courses éffréné elle se souvint douloureusement de se jour où elle avait porté secours à Mila. Cette fois ci elle y passerait c'est sur, aucun yokais ne serait assez fous pour courir à son secours. Elle donna intérieurement des excuses au yokai qui l'avait sauvé deux ans plutôt. Après tout peut être n'était elle bonne qu'a cela : puis que personne ne s'attchait à elle, elle ne représentait une perte pour personne, elle était donc le parfait sacrifice. Les sentimetn son faux ! se persudua-t-elle. Tous n'est que comédie ! Les pleure de Mila son pour sa vie pas pour la mienne! Personne ne m'a vue ! Je suis invisible ! Je sui né pour mourir !

Lorsqu'elle arriva sur les lieux du rassemblement, il n'y avait déjà plus personne. Plus rien appart le trou béant dans le sol qui indiquait que le géant était sorti. Elle entendit quelqu'un l'appeler. Elle regarda dans le trou et vu le jeune garçon blessé et inconscient ainsi que son chat blessé lui aussi. Elle fut d'abord surprise mais elle devait agir au plus vite. Elle retourna à sa tanière en se demandant comment il avait pu connaître son nom. Elle attrapa sa corde et reparti en trombe sauvé le Garçon. Elle ramassa deux pierre pointu au passage qu'elle fixa à ses chaussures pour se faire des crampons. Elle descendit rapidement le plus dur serai là remonté. Elle examina les blessures du garçon. Rien de grave appart une plaie plutôt profonde dans l'avant bras, Amélia retira son tee shirt et banda la plaie avec puis elle s'habilla de sa veste. Enfin elle mit le garçon sur son dos et l'attacha avec la corde avant d'entreprendre de remontée.

Il lui fallu plus d'une heure pour le hisser jusqu'en haut avec son chat, qu'elle était maintenant sur de pouvoir qualifier de yokai. Mais elle n'en avait pas finir pour autant, elle devait encore le ramener en lieux sur. Une auberge cette fois ferai l'affaire sa maison était beaucoup trop loin et elle était déjà à bout de force.
Elle le laissa donc sur les marche d'une auberge et frappa à la porte pour lui avant d'aller se cacher. Une femme ouvrit la porte et entrepris tout de suite de l'aider. Amélia n'avait plus à s'en faire.
À bout de force et complètement exténuée, Amélia ne savait plus où aller à présent elle n'avait plus rien à manger et devait à tout pris s'éloigner du garçon maintenant qu'elle était sur de sa capacité à voir les yokais elle ne voulait pas lui créer d'ennuis.
La nuit était tombé depuis plusieurs heures déjà et la pluie avait commencé à tombé alors qu'Amélia était encore dans la forêt. Puis à bout de force elle s'écroula. Il n'y avait autour d'elle aucun signe de vie, elle était perdu. Qui plus est dans la plus grande forêt de la région, un yokai l'vait pourtant prévenue sur les danger d'entrer dans cette forêt, mais Amélia y était entrer par hasard.
Les jours passèrent et se ressemblait Amélia hèrante et perdu dans la forêt.
Puis un jour alors qu'elle tenait à peine sur ses jambes elle tomba sur un chat. Complètement perdu, elle voit en lui le dernier être vivant à qui elle aurait affaire. Alors elle s'approche pour le carresser, le chat semble légèrement réticent mais se laisse faire. Sans s'en rendre compte elle s'allonge par terre la tête à côté du chat, que sa main n'a même plus la force de carresser. Elle a lâché prise. Elle c'est laisser emporter par la fatigue.

Elle rêva. Principalement de sa vie passée, de sa famille et surtout de l'incident. Elle c'était demander si cela n'était pas la mort. Si tout les mort hèrait comme des fantômes. Mais certaine personne avait la capacité de la voir et surtout elle ressentait la faim, la soif et la fatigue. Pour vivre elle avait du arrêter d'être honnête et avait volé de la nourriture.

Le réveil fut pénible. Elle était toujours comme vidée de ses forces et ses muscles était douloureux. Il lui fallu un certain temps pour se redresser. Maintenant qu'elle avait retrouvé ses esprits elle se rendit compte qu'elle n'était plus dans la forêt, la chat avait disparu et elle était sur un futon à la japonaise. D'ailleurs elle était dans une maison de style traditionnel japonais. Elle ne comprenait pas. Elle portait toujours les mêmes vêtements sur elle a part son tee-shirts lavé et plié juste à côté du futon.
Se pourrait-il que le garçon l'ai secouru. Elle se rendit soudain compte que le chat qu'elle avait rencontré dans la forêt était le même que celui du garçon. Elle allait encore lui créer des ennuis.
Elle renfila son tee-shirts et entrepris de se lever, mais ses jambes n'était pas de cet avis et elle retomba assise. Cet effort lui avait semblé titanesque pour un mouvement aussi simple. Elle avait froid et chaud en même temps. La tête lui tournait et elle du faire preuve de présence d'esprit pour ne pas céder à la tentation de se rallonger.
Finalement elle réussi à se déplacer à quatre pattes jusqu'à la fenêtre. Une femme étendait son linge sûrement était-elle la mère du garçon. Le soir tombait et le soleil déclinait à vue d'oeil. Il fallait qu'elle parte mais impossible de se déplacer, de plus son voyage jusqu'à la fenêtre l'avait complètement épuiser. Cette sensation de faiblesse Amélia la détestait, c'était d'ailleurs la première fois qu'elle ne pouvait rien faire a part attendre. Attendre que son corps se remètte, ou que le garçon ne revienne. Il fesait a présent presque nuit, Amélia entendait des gens à l'étage inférieur, mais personne ne montait. Sa tête était horriblement lourde. Elle transpirait mais avait en même temps extremement froid. Malgré elle, Amélia finit par se rendormir toujours adossée à la fenêtre.
Elle était malade. Elle ne s'en était pas rendu compte, elle ne pensait plus pouvoir tombé malade. D'ailleurs elle ne l'avait pas déduis elle même, elle avait entendu quelqu'un le dire. Quelqu'un, qu'elle senti aussi la déplacer. Elle ouvrit les yeux et essaya de se manifester, mais le gémissement qu'elle émis lui apprit qu'elle avait terriblement mal à la gorge.
Le garçon la remarqua, il l'allongea sur le futon puis l'aida à se redresser pour lui faire boire quelque chose. En temps normal elle n'aurait pas accepter son aide mais dans l'état où elle était elle ne pouvait pas grand chose.


Trois jours passèrent avant qu'elle ne soit totalement remise. Takashi-kun pouvait voir les yokai depuis sa naissance, il lui avait raconter son histoire parlé de ses amis humain et esprit alors qu'à chacun fois qu'il lui demandait quelque chose sur elle, elle était restée très évasives. Madara-sama n'était pas de l'avis de Takashi-kun, il ne pensait pas que l'on pouvait lui faire confiance et en un sens il avait raison. Mais en trois jours elle avais appris à apprécier Takashi-kun et elle est resté quelque jour de plus. Elle avais un endroit où rentrée le soir et cela lui réchauffait le cœur. Mais elle devait partir pour leurs biens. Cela devrait se faire sans perte de mémoire, ils c'étaient fréquenté trop longtemps pour qu'elle puisse effacés tout ses souvenirs sans laisser de séquelles.
Elle choisit donc un moment stratégique, elle allait partir lorsque Takashi-kun recevrait ses amis et où il ne pouvait donc pas leur fosser compagnie. Mais tout ne se passa pas comme prévu.

Lorsque les amis de Takashi-kun arrivèrent, Amélia reconnut parmis eux Tanuma-san. Mais il était déjà trop tard, il l'avait vu et pris d'un mal de tête il se remémora leurs discution. Mais elle fut surtout surprise que les amis de Takashi-kun sensé ne posséder aucun pouvoir puisse la voir. Prise de panique elle jeta un oeil ver Takashi-kun avec un air de "Je suis désoler" et elle inventa une excuse bidon. Elle leurs expliqua qu'elle était une correspondante étrangère qui avait fait la connaissance de Takashi-kun dans une de ses anciennes écoles. Elle n'en dit pas plus et sorti faignant de vouloir les laisser entre amis. Et voila comme prévu elle lui avait causée des ennuis. Elle aurait voulu s'en excuser avant de partir mais Takashi-kun l'aurait surement jeté dehors. Elle se doutais bien que la discution avec Tanuma-san allait être animé, et elle s'en voulais.

Elle n'avait pas finit de traverser le jardin que quelqu'un lui attrapa le bras. Takashi-kun pensa-t-elle d'abord, mais à sa grande surprise il s'agissait d'une des amies de Takashi-kun. Poliment, elle se présentat à Amélia et lui proposat de se joindre à eux, demandant l'avis de ses camarades en même temps. A la grande surprise d'Amélia, tous acquiessaire. Alors qu'ils remontaient tous dans la chambre de Takashi-kun, Tanuma-san lui glissa à l'oreille : "ca fesait longtemps. Tu sais si tu préfèrait Natsume tu pouvait le dire j'aurai compris " il lui fit un clin d'oeil, mais Amélia ne compris pas tout de suite à quoi il fesait allusion. Elle ne mit pas longtemps à comprendre. En effet, la politesse étant très importante au Japon, le fait qu'Amélia appele Takashi-kun par son prénom leur avait semblés très familié et ils avaient pensés que leur relation allait au delà de l'amitié.

Malgré elle Amélia resta finalement beaucoup plus longtemps auprès de Takashi-kun. Ils finirent par découvrir qu'elle se nourrissait en quelques sorte de la puissance de Takashi-kun pour apparaître au yeux des autre. Une expérience fut mener grâce à Taki-san ils apprirent qu'Amélia apparaissent au bout de trois jours auprès de Takashi-kun et qu'après trois jours supplémentaires elle pouvait tenir trois autres jours loin de lui sans disparaître. Amélia et Takashi-kun sont devenue très proches. La plupart des amis de Takashi-kun étant à présent au courant de sa capacité à voir les yokai, il était très heureux de voir  qu'il n'était plus tout seul face à eux et qu'il pouvait facilement se confier à Amélia.